Georges Méliès magicien, le père des trucages cinématographiques

Cinéaste français (Paris 1861-Paris 1938).

Prestidigitateur-illusionniste et pionnier du spectacle cinématographique, Georges Méliès crut à l’avenir de l’image animée avant les frères Lumière eux-mêmes. Inventeur des truquages, il fut le premier à exprimer par le cinéma la féerie, le merveilleux et le fantastique.

Le nom de Georges Méliès est si connu qu’il semble emprunt d’une sorte de permanence. Pour beaucoup de cinéphiles, il est le complément de Louis Lumière et se confond avec l’invention du cinéma. L’homme est né dans le troisième arrondissement de Paris de parents fabricants de chaussures de luxe. Après des études au Lycée impérial de Vanves où il fait la connaissance de l’auteur dramatique Maurice Donnay, il part faire son service militaire à Blois. Certains racontent que c’est à ce moment là qu’il croise la route du magicien Robert Houdin. Leur rencontre est déterminante. D’abord attiré par la peinture, le jeune Méliès commence pourtant à travailler comme mécanicien dans l’entreprise de son père. Ces premiers pas dans cet univers vont avoir une implication considérable pour ses choix futurs.

Parmi ses premières réalisations en 1896, on retient Escamotage d’une dame chez Robert-Houdin et surtout Défense d’afficher. Le premier est le numéro filmé, avec Georges Méliès dans le rôle principal, d’un prestidigitateur. L’œuvre est en quelque sorte la métaphore du processus de création cinématographique. Par un jeu de montage, le cinéaste fait disparaître une femme et la remplace par un squelette. La magie du cinéma est en route.

L’association « Les Amis de Georges Méliès – Cinémathèque Méliès »

Cette association a pour but de retrouver, restaurer, conserver et montrer l’œuvre de Georges Méliès, détruite ou dispersée d’abord en 1923, puis après son décès au début de la Seconde Guerre mondiale. On avait toutefois retrouvé 8 films que Méliès avait pu revoir, lors d’un gala auquel assistait sa petite-fille, Madeleine, qui vivait avec lui.

C’est sur l’impulsion du mari de Madeleine Malthête-Méliès, le docteur René Malthête, que l’association « Les Amis de Georges Méliès – Cinémathèque Méliès » fut fondée en 1961, année du centenaire de la naissance de Georges Méliès. Ce centenaire fut marqué par une grande exposition au musée des Arts décoratifs de Paris, à laquelle contribuèrent les personnes ayant connu Méliès (anciens collaborateurs, amis, membres de sa famille) aux côtés de la Cinémathèque française.

Méliès, le Magicien

melies le magicienLa sortie il y a deux ans du film en 3D de Martin Scorsese sur Méliès, a renouvelé l’intérêt pour le tout premier pionnier du spectacle cinématographique. Magicien de formation, ses films sont marqués par l’art de l’illusionnisme et des effets spéciaux, préfigurant Georges Lucas et Steven Spielberg. Machinerie théâtrale, pyrotechnie, effets d’optique, arrêts de caméra, fondus enchaînés, surimpressions, prestidigitation, effets de montage et effets de couleurs sur pellicule, tout semble avoir été conçu et utilisé par ce virtuose de la technique. On lui doit des adaptations de contes (Barbe-Bleue), des récits de science-fiction (Le Voyage dans la Lune) et de nombreuses histoires extravagantes. Venue tout droit de la Cinémathèque Française, l’exposition présente de nombreux films, des objets de magie, des costumes – entre autres son costume d’inventeur du Voyage dans la Lune – sa première caméra, et autres trésors…. Du 5 avril au 24 juin. CaixaForum. Av. Ferrer i Guardia, 6-8. Mº Plaça Espanya. Tous les jours, de 10 à 20 h. Entrée libre.