Handicaps traités avec la magie

Que voyez vous quand je vous dis « Handicap » ? Et bien, la majorité d’entre nous répondons un fauteuil roulant ! Une personne avec un membre en moins, la trisomie 21, et tout autre handicap « visible ». Et bien souvent, on oublie le handicap invisible. Bien entendu nous savons qu’il existe ! Mais comme nous n’y sommes pas confronté directement, visuellement, nous avons tendance à l’oublier. Alors petit rappel ! Une personne mal-voyante, mal-entendante, électro-sensible, des maladies qui ne se voient pas au premier regard, les troubles psychiques et/ou cognitifs, rhumatismes, sclérose en plaques, fibromyalgie, dyslexie, syndrome d’Asperger, AVC … Et tellement d’autres …

Handicaps traités avec la magie1. Handicap traité : trouble de la mémoire

Présentation du handicap: capacité de mémorisation hors norme.

Démonstration d’une technique de mémorisation rapide, que dans les handicaps mentaux peux être reconnu le trouble de la mémoire. Les troubles de la mémoire peuvent arriver de différentes façon, cela ne peut être que momentanée (traumatisme crânien, avc…).

1. Mémoire à court terme

. La mémoire à court terme est une mémoire de stockage bref des informations et de capacité limitée (par exemple, retenir un numéro de téléphone avant de le noter.)

. La mémoire de travail correspond à la capacité à manipuler les informations maintenues en mémoire à court terme.

2. Mémoire a long terme

Les processus de mémoire à long terme sont de deux types:

. La mémoire procédurale, qui concerne des processus inconscients (implicites); c’est la mémoire du « savoir-faire » : un exemple est la mémoire des habiletés motrices acquises (faire du vélo, jouer d’un instrument de musique) ; en pratique clinique courante, la mémoire procédurale n’est pas évaluée;

. La mémoire déclarative, qui concerne des processus d’accès conscient (explicites) à l’information et qui comprend:

  • La mémoire épisodique se référant à des experiences s’intégrant dans un contexte spatial, temporel et affectif particulier (mémoire du « où? quand? comment? » ; par exemple, un trajet effectué à telle date et à tel endroit);
  • La mémoire sémantique se référant à des faits, des savoirs (mémoire du « quoi » par exemple, la Manche est un nom de mer, le fémur est l’os de la cuisse, etc) connus de la majorité ou partagés par un groupe culturel (profession, loisirs, religion, etc.) Il s’agit d’une connaissance qui, pour être évoquée , ne nécessite pas de se référer au contexte de son acquisition ( « où » et « quand » a été appris le concept « fémur »).

3. Amnésie rétrograde et antérograde

Une amnésie de durée variable (jours, mois, années) est rétrograde quand elle concerne des informations acquises avant l’évènement causal ( ar exemple, un traumatisme crânien, un AVC) et antérograde quand elle concerne l’acquisition et la restitution d’épisodes ou de faits acquis depuis cet évènement.

Démonstration de l’amnésie avec l’hypnose: bloquer un membre, faire oublier un mot.

On est dans la même mécanique mais la tu es juste dans l’illusion, handicap mental qui peut aussi être un handicap invisible.

La dyspraxie par exemple, qui est une altération de la capacité a exécuter de manière automatique des mouvements déterminés, en l’absence de toute paralysie des muscles impliqués dans le mouvement. Le sujet doit contrôler volontairement chacun de ses gestes, ce qui est très couteux en attention, et rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante extrêment difficile donc rarement obtenue.

La dyslexie également.

2. Surdité et surdité partielle

Démonstration du handicap : hyperacousie.

Aujourd’hui se faire appareiller ne se voit presque plus. Il y a e des progrès énorme de fait. Une entreprise peut aider à prendre en charge la différence du coût de l’appareillage, une raison de faire une RQTH (reconnaissance en qualité de travailleur handicapé).

3. Autisme

Démonstration du handicap :  facultés intellectuelles extraordinaires

Le handicap psychique est caractérisé par un déficit relationnel, des difficultés de concentration, une grande variabilité dans la possibilité d’utilisation des capacités alors que la personne garde des facultés intellectuelles normales.

Cela peut être le cas de l’autisme d’Asperger.

Il faut en effet distinguer le handicap psychique du handicap mental. Le handicap mental résulte d’une déficience intellectuelle, à un état stable et non médicalisation. Le handicap psychique est toujours associé à des pathologies psychiatriques, qui entraîne une grande variabilité et nécessite une médicalisation.

L’autisme et les syndromes autistiques. Il s’agit d’une pathologie congénitale qui se traduit dès la toute petite enfance par des troubles de la communication, des troubles de l’attention et une extrême sensibilité à toute variation de l’environnement.

D’autres situations pathologiques peuvent entraîner un handicap psychiques : les syndromes frontaux, conséquences de traumatismes crâniens ou de lésions cérébrales, les démences liées à une maladie ou à une cause toxique, les maladies neuro-dégénératives (Alzheimer, parkinson…)

Les incapacités liées à ces déficiences

Une des caractéristiques majeures du handicap psychiques est qu’il s’accompagne souvent de la négation, de la méconnaissance ou de la minimisation des troubles de la part de la personne malade et quelquefois même de son entourage. une autre caractéristique est la variabilité des troubles et de leur intensité dans le temps. Le rythme de variabilité peut être à l’échelle d’une période plus ou moins longue de la vie ou à l’échelle de la semaine ou même de la journée. cette variabilité peut être due à la maladie et à la grande fragilité du malade par rapport aux contrariétés extérieurs. Cinq domaines d’incapacités liées à ces déficiences sont a mentionner

  • les besoins fondamentaux, la capacité à prendre soin de soi,
  • les capacités liées au logement ou l’hébergement,
  • les capacités à avoir une vie sociale et des loisirs,
  • les capacités de la formation et de l’apprentissage,
  • les capacités de travail

4. TOC

Démonstration du handicap : répétitions obsessionnelles

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) est un trouble de l’anxiété. Le TOC se caractérise par des obsessions et des compulsions. Les obsessions sont des pensées ou des images qui surgissent à répétition et qui sont difficiles à chasser de l’esprit. ces obsessions sont dérangeantes, parfois effroyables ou désagréables. Elles peuvent générer beaucoup de détresse, de peur, de malaise ou de dégoût.

Les commentaires sont fermés.