#Partenaire Jean Pierre Eyesevent, photographe professionnel

Aujourd’hui je vous invite à découvrir mon partenaire Jean Pierre Eyesevent photographe professionnel
http://www.eyesevent.com
https://www.facebook.com/Eyesevent95

Eyesevent, Photographe Professionnel au cœur de votre événement. Photographe Performeur de l’Événementiel et Corporate.
Séminaires – Événementiel – Meeting – Incentive – Congrès

Communication visuelle, l’Événementiel et l’Entreprise :
Eyesevent vous propose des outils innovants et des fonctionnalités qui vous permettent de décliner vos photos sur différents supports (site internet, réseau intranet, plaquettes, présentations commerciales…).

Eyesevent peut intervenir lors des événements rythmant la vie interne de votre entreprise mais également vous accompagner dans l’organisation de séances photos institutionnelles. Eyesevent s’inscrit dans une démarche qualitative, innovante et pérenne.

Régulièrement sollicité par des acteurs leaders du marché, Eyesevent s’adapte avec professionnalisme et discrétion à vos exigences.
Prestations en France et Europe.

Animation de prestige #Mentalisme et #SpeedPainting pour votre soirée. #magicienalternatif

BAnimation de prestige mentalisme et speed painting, speedpainting speed painting soirées prestation painting outil de communication mentaliste mentalisme magicien illusion haut de gamme eyesevent evenementiel evenement entreprise diner communication cocktail animation de prestige animation , Magicien alternatif, magicien, mentaliste, hypnose, spectacle hypnose parisonjour,
Suite au succès du speed-painting sur scène que nous réalisons en évènementiel depuis bientôt deux ans, j’ai le plaisir de vous proposer un nouveau concept d’animation: Le close-up mentalisme/speedpainting
Le mentalisme est un outil de communication très efficace. L’intervention d’un mentaliste, utilisant des effets flash et modernes, favorise la transmission du message de votre entreprise.
Le speed paint est l’art de « croquer » une personne en moins de 3 minutes. Fred a associé cet art à un effet de mentalisme et va deviner à chaque table et « croquer » ( en moins de 2mn30 ) une célébrité choisie au hasard. Chaque personne conservera ce souvenir inoubliable de cet effet avec le dessin de la célébrité au format A6.
Fred Ericksen artiste professionnel depuis de nombreuses années spécialisé en mentalisme vous fait découvrir son animation haut de gamme en diner assis ou en cocktail dînatoire mêlant prestige, performance et illusion.
Animation de prestige mentalisme et speed painting, speedpainting speed painting soirées prestation painting outil de communication mentaliste mentalisme magicien illusion haut de gamme eyesevent evenementiel evenement entreprise diner communication cocktail animation de prestige animation , Magicien alternatif, magicien, mentaliste, hypnose, spectacle hypnose paris
Un professionnalisme comme on voudrait en voir plus, une sensibilité et un charme qui contribuera à rehausser la qualité de vos soirées.

En attendant une réponse de votre part en vue d’une future collaboration, je vous souhaite une magnifique journée.

Cordialement
Fred Ericksen

Les associations dans le milieu du spectacle et de l'art vivant

Les associations dans le milieu du spectacle et de l’art vivant

Parce que le sujet revient un peu trop souvent ces derniers temps et me hérisse toujours autant le poil, parce que les budgets de la culture deviennent de plus en plus serré et l’art un luxe et parce que c’est toujours pour les mêmes que le marché devient de plus en plus dur à vivre.

Mes chers amis de l’associatif et autres passionnés du dimanche,
Tout d’abord je vous aime (vraiment) et je suis toujours heureuse de voir des gens vivre leur passion et la partager avec le grand public. Et aussi parce que moi aussi je fais et ai fait de l’associatif.

Alizée Ullern saltimbanqueLà où ce post risque de faire grincer des dents, c’est quand je commence à en avoir ma claque de voir mon métier tiré vers le bas en terme de prix par des « compagnies » dites amateurs qui emploient les mêmes techniques de communication et de ventes de leurs « spectacles » que nous professionnels ou répondent aux appels d’offres, le tout pour 80% moins cher sur un devis pour des festivals, événements ou des soirées.
ça y est j’en entendant déjà couiner qu’ils ont bien le droit de vivre leur passion le weekend ! Alors soit gentil, Chut ! Je m’explique :
Bien évidemment qu’une assos ou un groupe de potes qui souhaitent partager leur passion et montrer aux autres ce qu’ils ont préparé c’est grave chouette. Mais dans ce cas, ces personnes le font bénévolement et proposeront de manière occasionnelle une animation à une fête qu’ils aiment bien, ou leur comité de village ou à leur pote qui monte un petit festival (être défrayer et nourris par l’organisation compte dans le terme bénévole, n’allez pas vous faire exploiter comme des bagnards non plus).
Si par contre vous souhaitez pour X ou Y raisons demander une compensation financière parce que vous estimez qu’il faut faire financer votre LOISIR, déjà rappelez-vous qu’une association de loi 1901 est à but non lucratif (donc soit le matos est acheté par la compagnie et lui appartient et non à vous et à la fin de l’année il n’y a aucun bénéfice et en cas de dissolution le matos va dans une autre assos, soit le matos est le vôtre et vous n’avez aucune légitimité pour vous les faire financer sauf consommable et défraiement transport et nourriture) et ensuite si malgré cela vous souhaitez vraiment faire rentrer de l’argent, demandez des tarifs dignes de ce nom !
Non, venir à 8 pour faire un spectacle de danse/feu ou un spectacle avec des combats et des artifices ou un spectacle dans un château, le tout pour la modique somme de 375€, n’est pas un tarif digne de ce nom !

« Oui mais je suis un amateur et je ne veux pas faire de la concurrence à un pro moi ! Tu comprends rien ! Et puis je n’ai pas le niveau d’un pro et puis c’est pas le même secteur ! »

Alors dans l’idée, c’est tout à ton honneur, sauf que 1) les organisateurs s’en fichent bien de ton niveau puisque tu leur as dit que tu faisais un spectacle de feu de folie et que les participants ils étaient tous cascadeurs depuis leur plus jeune âge et aussi ils ont fait 12 ans de théâtre et puis ça claque grave!! Tu utilises des termes professionnels pour te mettre en avant non?
2) Bien sûr que si, on joue sur les mêmes secteurs, les arts vivants c’est pas juste sur une scène dans un théâtre ! Et si je t’en parle c’est bien parce que je me retrouve confrontée régulièrement à la situation ! Je n’ai pas inventé ce coup de gueule pour le plaisir ou en tirant un mot au hasard dans la dico parce que je n’avais rien d’autre à faire pour occuper ma soirée (ah tiens association ! qu’est-ce que je pourrais bien dire pour les faire chier gratuitement) Ici c’est pire que de se retrouver en concurrence avec vous (ce qui en passant, pour la concurrence est une chose normale selon moi, on ne peut être les seuls au monde à proposer un truc et c’est bien pour ça que dans certains cas il existent les brevets), là c’est faire de la concurrence déloyale ! Tu proposes sur le papier la même chose que nous professionnels, en employant les mêmes termes que les professionnels mais bizarrement beaucoup moins cher.
3) Quand tu produits ta création un nombre certain de fois dans l’année, que tu emplois les termes spectacle et non animation, compagnie et non association, ce n’est plus de l’amateurisme ou du loisir c’est du semi-pro. Et le semi-pro ça mérite et ça se doit de demander des tarifs décents !

Alors, maintenant on arrête de chouiner dans mes pattes et on prête attention à ce qui suit !
Qu’est-ce que des tarifs décents ?! Un figurant sur un tournage il touche en moyenne 90€ brut pour une journée de 8h. Un artiste de rue va toucher, selon les budgets, au minimum 90€ net pour sa journée et sinon en moyenne entre 110€ et 150€ net (compter donc le double en brut pour le coût total employeur, en d’autre terme ce que l’organisation doit payer pour) et ce en fonction de ce qu’il fera ou présentera.
Donc quand un organisateur veut acheter une prestation, il sortira en moyenne 312€ par artiste présent et par jour, plus les frais de déplacement, plus la bouffe.
« Oh mon dieu mais c’est énorme ! » (Là n’est pas le débat! C’est comme ça dans le métier. Je ne vais pas discuter avec le restaurateur du prix de mes tagliatelles bolognaise parce que quand même j’estime que faire des pâtes c’est pas dur et ça coûte pas cher) Le débat c’est que, en venant proposer vos spectacles pour des clopinettes –mais en ayant quand même demandé des sous- Non seulement vous empiétez sur les budgets des pro mais en plus vous tirer vers le bas la profession ! Et non, comme j’ai déjà pu l’entendre, le budget prévu ne va pas disparaître si vous proposez moins cher, il sera quand même dépensé ailleurs mais pas pour prendre un pro parce que du coup il n’y aura plus assez d’agent et puis on aura déjà l’animation comme ça.

Il y a des gens qui ont fait le choix non pas de vivre leur passion mais de vivre DE leur passion ! Qui ont choisis une vie précaire et pas évidente (mais vachement chouette parce que sinon ce sera du masochisme un peu !) et dont c’est le métier de faire tout cela ! Et toi, bien confortablement dans ton fauteuil tous les soirs de la semaine après ta petite journée de métro-boulot, juste avant le dodo, tu rêves de la même chose mais sans en accepter les conséquences. Alors tu t’entraines dur avec tes amis le weekend, tu montes un magnifique site web avec les fiches produits détaillées de tes spectacles, tu démarches des salons, des festivals et autres grands événements (parce que c’est foutrement classe si vous pouviez vous produire là) et tu te dis Compagnie de spectacle (oui mais je précise à un moment que c’est qu’une assos en vrai) et puis au final ça te coûte quand même des sous, alors quand tu trouveras quelqu’un d’intéressé par ton « spectacle » tu vas lui demander 100€ pour le principe (parce qu’avons le ça fait chier d’avoir mis autant d’énergie et d’investissement gratos quand même). Bah ouai, mais ces « 100€ pour le principe » ils posent souci justement ! Parce que 100€ pour un spectacle c’est rien et que derrière les professionnels ne pourront pas se vendre autant au rabais.

« Ouai mais c’est pas nous le souci c’est les organisateurs qui ne veulent pas vous payer ou qui n’ont pas de sous ! » – Bien sûr, en même temps si tu ne proposais pas un Spectacle pour seulement 100€, ils seraient bien obligés de mettre le budget en conséquence pour se payer le truc ? ou ils n’en auraient pas. J’entends parler mondialisation à tue-tête et délocalisation, écoutant les gens couiner de voir leurs emplois partir dans des pays en développement qui demandent 50 centimes de l’heure. Et ça c’est quoi selon vous ? Les organisateurs qui vont prendre des assos pour pas cher. Mais là ça fait moins couiner soudainement parce que ce n’est pas votre gagne-pain, c’est un loisir.

« Oui mais on ne démarche pas les mêmes trucs, les gros trucs ont les laissent aux pros ! » –
Combien de fois j’ai vu des contrats être annulé « parce qu’en fait on a trouvé des gens qui font comme vous mais qui nous coûtent dix fois moins et puis ils sont plus aussi alors c’est mieux ». Combien de fois j’ai eu des devis pour des compagnies acceptés et au moment de signer le contrat final on nous explique que ce n’est plus possible parce que toi tu es arrivé la bouche en cœur et tu as balancé un spectacle tout pareil (encore une fois sur le papier) contre 6 carambars et un copeck. Vous piuvez me garantir que la prestation que vous faite n’a pas été proposé par un pro aussi ?
Il n’y a pas que l’Olympia ou Avignon pour nous, il y a surtout toutes les fêtes de village, les petits festivals, les petits évènements et j’en passe. Et là moi, bah je perds un contrat pour des passionnés du dimanche qui voulaient réclamer trois fois rien pour indemniser un peu leur prestation. Parce que l’assos serait venue bénévolement plutôt que de faire un maigre business, la compagnie pro aurait aussi été prise. Parce que l’assos aurait demandé un vrai tarif, elle aurait été évaluée sur le même pied que la compagnie et cela aurait juste été une mise en concurrence de compétence. Et vu les budgets spectacles qui rétrécissent aux fils des années, la faute à la crise économique, et bien plus des assos qui voudront se faire plaisir contre un peu de sous pour fonctionner vont plomber ce qui restait aux compagnies.
Alors non, je ne dis pas que les assos vont tuer le marché du spectacle. Mais les assos de spectacle (d’où ça existe ce terme ?) qui n’ont d’autres but que de promouvoir leur spectacle, ces assos là participent largement à couler de petites compagnies qui vivent de ces petites fêtes ou festivals.

Et oui, à partir du moment où une association se met à me parler de rentabiliser du matériel, de compensation financière ou participer à des événements à but lucratif, oui là je commence à tiquer sérieusement parce que messieurs dames, vous oubliez que vous êtes associatif et non à but commercial.
Au passage, mettons que vous fassiez seulement dix prestations par an pour pas cher, et bien ce sont donc dix prestations que vous piquerez aux professionnels qui ne pourront pas aller aussi bas en terme de tarifs. Donc ce sont dix cachets en moins pour des pro, soit un cinquième de ce qu’ils doivent produire pour obtenir le statut d’intermittent.
Tout ça parce que vous aurez estimé qu’il faut que l’on vous paye quand même un peu votre passion du dimanche, mais pas trop quand même parce que bon, faut pas déconner on en vit pas nous.

Vous aimez la culture, l’art et sa diffusion au plus grand nombre? Respectez là.
Vous souhaitez partager votre passion avec le grand public? Partagez là mais ne la commercialisez pas.
Vous souhaitez tirer un bénéfice financier de votre passion ou en vivre ? Vendez le selon les prix du marché et non dix fois au dessous.

Sur ce à bon entendeur,
Saltimbanquement votre.

Alyzée Ullern, Technicienne effets speciaux à Disneyland® Paris

Cautionnée par moi-même 😉

Animation de prestige pour vos séminaires – #animationdeprestige #seminaire

Une nouvelle animation ludique lors de vos prochains évènements pour créer la convivialité, un esprit d’équipe, un sentiment d’appartenance à la culture d’entreprise durant votre séminaire.

Vous pourrez renforcer l’organisation, la communication et motivation de vos équipes avec des animations ciblées.

Séminaires,  magicien séminaire initiation magie animation séminaire , Magicien alternatif, magicien, mentaliste, hypnose, spectacle hypnose paris

https://www.fred-ericksen.com/prestation-entreprises-magicien-mentaliste/seminaires/

Magie reine des arts ?

En partant du principe que l’art se défini par l’ensemble des créations humaines visant à l’expression d’un idéal esthétique, je ne vois en rien pourquoi les créations de CERTAINS magiciens ne s’apparenteraient pas à cette notion.
Le mot CERTAIN a toute son importance. Si le numéro de la statue à deux têtes produit par Jérôme Murat a certes une dimension artistique, je doute que cela en soit de même pour un numéro de production de fleurs en plumes et foulards bariolés sortis tout droit d’une boîte recouverte avec cinq couches de strass, le tout bien sûr sous l’accompagnement musical inaudible du dernier Hit Machine.
Sans ambiance, scénario, approche esthétique, univers imaginaire, la magie reste un défi à l’intellect qui lui, ne s’apparente pas à un art.
Art mineur, art majeur ou Reine des Arts me direz-vous maintenant?
Une chose est sûre, la magie, et plus particulièrement la magie de scène ne se suffit plus à elle-même : elle est la résultante chez les magiciens contemporains d’une alchimie (le Grand Art d’ailleurs) entre des disciplines artistiques telles que la danse, la musique, le mime ou encore le théâtre. Un art qui se nourri des autres pour exister me semble la bonne définition d’un art mineur.
Concomitamment à cela, le mot « magique » est le plus utilisé dans le monde de la communication pour mettre en valeur le caractère exceptionnel d’un événement. Cette notion très forte mise derrière le mot « magie » explique peut-être pourquoi certains qualifient la prestidigitation de Reines des Arts. La facilité à pouvoir se marier avec d’autres arts majeurs en est aussi une explication.

Synthèse engagée: la magie est une discipline artistique qui mérite sa place sur les scènes Nationales et les centres culturels à la même enseigne que les autres. Certains artistes/magiciens ont entrouvert les portes, à nous de mettre un grand coup dedans en travaillant dans la bonne direction pour qu’un jour on parle du renouveau de la magie comme c’est le cas actuellement pour les arts du cirque.

Extrait tiré de l’interview de JEROME HELFENSTEIN pour Magiczoom

Jean-Marc MOURIER, Directeur Artistique

Nom: Jean-Marc MOURIER, Directeur Artistique chargé de communication

Profession: Offrir a l’Entreprise, toute mon expérience, pour mieux la démarquer et créer la différence, Pour qu’un concept soit fort, je privilégie toujours la réflexion

Son site: http://www.jeanmarc-mourier.fr

Quelques exemples: Le site ici présent ainsi que les affiches de votre magicien

13 idées de communications

3 Mars : Fête des Grands Mères
24 Février : Salon de l’agriculture
22 Février : Salon de la mer, vignes et gastronomie
22 Février : Festival du livre culinaire
20 Février : Salon des arts divinatoires et du bien-être
17 Février : Salon des arts du fil (couture, mode, stylisme…)
14 Février : Saint Valentin (URGENT)
12 Février : Mardi gras (URGENT)
8 Février : Salon de la rénovaton et de l’aménagement de l’habitat
6 Février : Salon des Entrepreneurs
6 Février : Salon du tourisme d’affaire et de l’incentive
1er Février 2013 : Salon de l’agriculture bio et des produits naturels
25 Janvier : Salon de la famille

Soirée de prestige au Pullman Bercy

hotel-pullman-paris-bercyC’est pour la soirée de gala de la société Chateau d’eau que Fred Ericksen a été sélectionné pour animer de manière originale le diner de prestige.

Stand-up, close-up, mentalisme, speed-painting et bulles géantes feront partie des animations.

L'art du magicien

Manifeste à l’attention des magiciens

 Découvrez le manifeste écrit par les deux magiciens Helder Guimarães et Derek DelGaudio.

La très bonne traduction est de Lawrens Godon.

Vous y découvrirez ce que devraient être les règles de base de chaque magicien.

Embed from Getty Images

MANIFESTO

Pour commencer – En coulisse
Trouvez des mentors. Dès maintenant, trouvez un magicien que vous admirez et commencez à lui poser des questions. Rien ne remplacera jamais l’expérience d’être assis en face de quelqu’un que vous respectez dans votre domaine. Sérieusement…allez-y.

Ne soyez pas paresseux. Malgré ce que la plupart des magiciens proclament sur leurs produits, la magie est incroyablement difficile à bien faire. Entrainez-vous, étudiez, répétez et produisez-vous en toutes occasions. Ce sera payant.

Embrassez le processus. Le processus d’apprentissage de la magie est aussi enrichissant et important que le résultat final. Explorez, expérimentez et répétez sans rien attendre. Vous découvrirez que cela ouvre des portes dont vous ignoriez l’existence même.

Oubliez le “nouveau”. “Nouveau” ou “original” ne sont pas des qualités qui définissent un grand magicien. Focalisez-vous sur la technique, l’exécution, la théorie, la construction, l’histoire, le script, et une communication efficace. Le “nouveau et original” viendra comme un sous-produit de vos efforts pour devenir un grand magicien.

Cessez d’acheter des trucs. Vous possédez bien assez de tours. Allez répéter et produisez-vous à chaque occasion. Un point c’est tout.

Sélectionnez un “groupe de conseillers”. Trouvez des gens très talentueux et passez autant de temps que possible en leur compagnie. Laissez leur créativité, leurs connaissances, leur vision et leurs points de vue contribuer à votre formation. Laissez-les devenir une “caisse de résonance” pour toutes vos idées. Si vous les choisissez judicieusement, vos amis seront de loin votre plus grande ressource.

Riez. Riez. Riez aussi souvent que possible, à la fois sur scène et en coulisse. Si vous n’aimez pas ce que vous faites et si cela ne vous amuse pas, en général, ce n’est pas pour vous.

Veillez tard. La nuit engendre la créativité. Les séances de nuit somnolentes peuvent conduire à des pensées irrationnelles, qui, à leur tour, peuvent amener à de grandes idées et révélations.

Regardez en arrière. Nous nous tenons debout sur les épaules de géants. Trop de magiciens oublient les magiciens qui sont venus avant nous ainsi que leurs contributions à la magie. Si vous présentez un tour, vous devriez savoir qui diable l’a inventé.

Ralentissez et profitez du voyage. La bonne magie vient avec le temps. Aucun effort ne peut remplacer l’expérience qui vient avec le temps. Se précipiter pour publier un tour, pour gagner une compétition ou pour avoir votre propre one-man show n’a rien à voir avec le fait de devenir un grand magicien.

Merci de laisser vos chaussures et votre ego à l’entrée. Laissez votre ego de côté et concentrez-vous sur le travail. Si votre objectif est de vous perfectionner, de créer et de présenter de la magie, vous vous rendrez compte que tout ce que vous faites n’est pas forcément génial, chaque spectacle n’est pas forcément brillant, les choix que vous faites ne sont pas forcément les bons, et c’est normal. Le moment où tout ce que vous faites est parfait, c’est quand vous êtes devenu vraiment nul.

Lisez un p**ain de livre ! Outre les magiciens plus âgés et plus avisés que vous, les livres constituent la source de renseignements la plus précieuse. Et inutile de donner la fausse excuse : “J’ai une mémoire visuelle”. Les dvds et les didacticiels en ligne ne sont pas un substitut à l’apprentissage de la magie par le livre. Tout ne doit pas nécessairement être appris dans les livres. Cependant, le processus d’apprentissage par l’écrit ne peut être remplacé. Si vous aimez la magie, vous allez prendre un livre et le lire. En fait, il n’a même pas besoin d’être un livre de magie. Voyez la suite.

Apprenez la magie dans un livre de cuisine. Entrainez-vous à voir la magie partout. Abordez d’autres centres d’intérêt pour développer votre ouverture d’esprit et vous mettre au défi. Apprenez au sujet de la musique, de l’art, des sports, des mathématiques, de la poésie, de l’histoire, de la philosophie, de la technologie, du cinéma, du théâtre ou de tout autre domaine que vous trouvez intéressant. En savoir plus sur d’autres sujets que la magie ne peut que vous aider à devenir un magicien plus intéressant.

Explorez toutes les pièces. Comme Eugène Burger le dit : « Il y a beaucoup de pièces dans la maison de la magie”. Explorez toutes les pièces pour voir ce que vous pourriez y trouver. Parfois vous découvrirez des trésors cachés là où vous vous y attendrez le moins…y compris dans la chambre des illusions.

Apprenez à jouer. Être un magicien ne fait pas de vous un artiste. Le travail scénique est une partie essentielle du métier de magicien. Cependant, la plupart du temps, les magiciens se concentrent sur les aspects propres à la magie et négligent de se former, de développer et de répéter les techniques des arts de la scène. Investissez sérieusement du temps dans le développement de vos capacités d’interprétation, d’expression orale et corporelle. Plus vous serez fin, confiant et naturel en tant qu’artiste, plus vous serez crédible en tant que magicien.

 

Sur scène
Produisez-vous en public. La magie, à l’instar du théâtre, de la comédie, de l’opéra, du rock & roll et de l’art, ne peut être pleinement vécue qu’en direct et en personne. Si vous ne présentez pas de magie à d’autres êtres humains en chair et en os, ni vous ni votre public ne peut véritablement vivre la magie.

Soyez intrépide. Mettez-vous en situation de faire des erreurs. Les accidents et les fautes étant inévitables, acceptez-les, apprenez et grandissez tout en les commettant. Sortez et essayez toutes sortes de choses. Si vous vous sentez à l’aise, c’est que vous stagnez. Plus vous prendrez de risques dans votre travail, plus importante sera la récompense dans votre art.

Soyez présent. La capacité d’être présent sur scène et en coulisse est sans doute la plus importante qualité qu’un magicien peut posséder. Etre présent en tant qu’étudiant vous permet d’apprendre à un rythme accéléré. En tant qu’artiste, être présent sur scène peut conduire à des moments transcendants.

Soyez vous-même. Cela peut ressembler à un cliché, mais c’est vrai. La magie ne vous rend pas cool, branché, drôle, charmant ou intéressant. La magie est intéressante en soi et les gens aiment la voir quand elle est bien faite. Toutefois, cela peut être un piège pour de nombreux magiciens. Laissez votre expérience et votre personnalité réelle vous déterminer en tant que magicien.

Faites des choix conscients. Comprenez que tout ce que vous faites envoie un message à votre auditoire. Les effets que vous présentez, vos vêtements, vos gestes, vos paroles, votre attitude, vos accessoires, votre hygiène, vos éclairages, les circonstances, l’heure et le lieu du spectacle, tout ces facteurs communiquent quelque chose vous concernant à votre public . Essayez de faire en sorte que ce que vous faites, que ce soit bon ou mauvais, procède d’un choix conscient.

Un bon spectacle vous enseigne moins qu’un mauvais. Réussir un bon spectacle peut être merveilleux, mais en rater un aussi. Si vous vivez une mauvaise expérience de scène, il suffit de l’évaluer, de reconnaître ses erreurs et d’en tirer les enseignements. Juan Tamariz dit que ses spectacles favoris sont ceux où trois choses tournent mal. Il est heureux alors, parce que cela signifie qu’il a appris trois nouvelles choses, et quand vous apprenez trois nouvelles choses, “c’est une très bonne journée !”

Trouvez votre voix. Si vous considérez que la magie est une forme d’art, évaluons le problème logique suivant : l’art est une forme d’expression de soi. Si vous n’avez rien à dire, pourquoi les gens vous écouteraient ? Si vous avez quelque chose à dire, mais que vous ne le dites pas, vous ne pouvez pas vous considérer comme un artiste.

Placez-vous en situation inconfortable. Dans chaque spectacle que vous présentez, essayez d’inclure au moins un passage qui vous rend mal à l’aise et nerveux. Cela garantira que vous serez réellement présent pendant au moins un instant dans votre spectacle.

Soignez le syndrome des “oreilles qui rient”. De nombreux magiciens et comédiens ont une maladie que Mac King appelle “les oreilles qui rient”. Ce terme est utilisé quand un artiste fait une prestation qui rencontre peu ou pas de rires, sort de scène et dit : “Vous avez entendu ? j’ai fait un tabac ! “. La conséquence de cette maladie est la mort qu’il rencontre sur scène à de nombreuses reprises, sans qu’il puisse l’admettre. Le seul remède contre “les oreilles qui rient” est de reconnaître quand vous êtes nul et de grandir à partir de vos expériences.

Bonne nouvelle ! Juan Tamariz, Mac King, Michael Weber, David Williamson, Chris Kenner, Max Maven, Ricky Jay, Mike Caveney, Derren Brown, René Lavand, Dai Vernon, Al Goshman, Del Ray, Tom Mullica, Eric Mead, Johnny Thompson, Lennart Green, Robert-Houdin et Hofzinser étaient tous des magiciens médiocres à un moment donné. Il est parfois agréable de s’en souvenir. La magie exige du temps, du dévouement, de la pratique et d’innombrables heures passées à faire des erreurs et de la magie médiocre pour devenir un grand. Il suffit de demander aux gars ci-dessus. (Du moins à ceux qui sont toujours en vie).

Helder Guimarães et Derek DelGaudio

© 2011 journalofsecrets.com. All Rights Reserved.