Peaky Blinders, la magie des années 1920

Peaky Blinders, la série de Netflix Peaky Blinders est une série télévisée britannique créée par Steven Knight et diffusée depuis… Continuer la lecture

Un magicien sur Genève en Suisse

Fred magicien close up depuis 1987 spécialisé en close-up vous fait découvrir une magie haut de gamme en table à table ou en cocktail mêlant étonnement, rêverie et mirage. Votre magicien sur Genève et ses environs Fred Ericksen, magicien illusionniste professionnel installé près de Genève, nous répond sur les… Continuer la lecture

DIVERSION, la magie continuera-t-elle en 2020 ?

diversion emission tele tf1 L'émission Diversion sur TF1 Diversion est une émission de télévision française de magie diffusée depuis le 3 février 2017 en… Continuer la lecture

Un magicien aux JO 2024 de Paris

JO 2024 Paris Qu'est-ce-que les Jeux Olympiques ? Les Jeux olympiques ( JO 2024 ) sont des événements sportifs internationaux majeurs. Ils regroupent… Continuer la lecture

Un magicien sur Lyon – 69 – Rhône-alpes

Magicien close up, Fred vous transportera dans son monde magique où tout est possible: De la cuillère qui se tord par sa volonté aux plus grands numéros de cabaret parisien. Son spectacle de close-up est reconnu pour son originalité et sa diversité. L’atmosphère intimiste de votre magicien mentaliste contribuera au succès de votre team building. Votre magicien sur Lyon et ses environs Fred Ericksen, magicien illusionniste professionnel installé près de Lyon, nous répond sur les… Continuer la lecture

Festival des Stars de la Magie et des Etoiles du Cirque

Chères consœurs, chers confrères,

Concours Mental Arts MagieJ’ai le plaisir de vous informer de l’organisation du Festival des Stars de la Magie et des Etoiles du Cirque, par Mental Arts Magie en partenariat avec l’Ecole de Cirque d’Alexis et Anargul GRUSS qui se déroulera les 19, 20 et 21 septembre 2014 à Saint-Jean de Braye dans le Loiret. Mental Arts Magie est une association indépendante internationale de Magiciens Mentalistes Francophones qui compte près de 60 membres et qui est représentées dans cinq pays Francophones (Belgique, Maroc, Luxembourg, Suisse et Canada).

Cet important évènement de divertissement unique de par son concept sera placé sous la présidence d’honneur de Madame Annick ZAVATTA ; il proposera des conférences, une exposition circophile, le premier concours international des Trophées d’Or 2014 pour les catégories Mentalisme de spectacle et Arts du Cirque et un Gala de prestige qui réunira des artistes internationaux et qui sera présenté par SERGIO, le talentueux Monsieur Loyal de la télévision, du Festival de Monaco et du Cirque d’hiver de Paris.

Vous trouverez, en pièces jointes, le programme officiel de ces trois journées festives ainsi que le dossier d’inscription au concours international des Trophées d’Or 2014. J’espère que cette manifestation retiendra toute votre attention et que nous aurons le plaisir de pouvoir vous compter parmi nous à cette occasion. Pensez à vous inscrire avant le 1er août 2014 pour bénéficier des tarifs préférentiels et obtenir une chambre d’hôtel à proximité du lieu du Festival et avant le 1er juillet, si vous souhaitez participer au concours des Trophées d’Or 2014.

Vous pouvez si vous le souhaitez, partager cette information auprès de vos contacts et amis mentalistes, magiciens et circassiens.

Je vous remercie de votre aimable attention et reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Avec mes cordiales et amicales salutations artistiques.

Roger CHABIN dit Roger MARCELLO
Président de Mental Arts Magie

mental arts magie

 

 

 

02 38 86 68 54 – 06 08 21 93 55
chabin.roger@wanadoo.fr
mentalartsmagie@orange.fr
www.mental-arts-magie.blogspot.fr

Les associations dans le milieu du spectacle et de l’art vivant

Les associations dans le milieu du spectacle et de l’art vivant

Parce que le sujet revient un peu trop souvent ces derniers temps et me hérisse toujours autant le poil, parce que les budgets de la culture deviennent de plus en plus serré et l’art un luxe et parce que c’est toujours pour les mêmes que le marché devient de plus en plus dur à vivre.

Mes chers amis de l’associatif et autres passionnés du dimanche,
Tout d’abord je vous aime (vraiment) et je suis toujours heureuse de voir des gens vivre leur passion et la partager avec le grand public. Et aussi parce que moi aussi je fais et ai fait de l’associatif.

Alizée Ullern saltimbanqueSpectacle vivant, les tarifs

Là où ce post risque de faire grincer des dents, c’est quand je commence à en avoir ma claque de voir mon métier tiré vers le bas en terme de prix par des « compagnies » dites amateurs qui emploient les mêmes techniques de communication et de ventes de leurs « spectacles » que nous professionnels ou répondent aux appels d’offres, le tout pour 80% moins cher sur un devis pour des festivals, événements ou des soirées.
ça y est j’en entendant déjà couiner qu’ils ont bien le droit de vivre leur passion le weekend ! Alors soit gentil, Chut ! Je m’explique :
Bien évidemment qu’une assos ou un groupe de potes qui souhaitent partager leur passion et montrer aux autres ce qu’ils ont préparé c’est grave chouette. Mais dans ce cas, ces personnes le font bénévolement et proposeront de manière occasionnelle une animation à une fête qu’ils aiment bien, ou leur comité de village ou à leur pote qui monte un petit festival (être défrayer et nourris par l’organisation compte dans le terme bénévole, n’allez pas vous faire exploiter comme des bagnards non plus).

Le financement des spectacles vivants

Si par contre vous souhaitez pour X ou Y raisons demander une compensation financière parce que vous estimez qu’il faut faire financer votre LOISIR, déjà rappelez-vous qu’une association de loi 1901 est à but non lucratif (donc soit le matos est acheté par la compagnie et lui appartient et non à vous et à la fin de l’année il n’y a aucun bénéfice et en cas de dissolution le matos va dans une autre assos, soit le matos est le vôtre et vous n’avez aucune légitimité pour vous les faire financer sauf consommable et défraiement transport et nourriture) et ensuite si malgré cela vous souhaitez vraiment faire rentrer de l’argent, demandez des tarifs dignes de ce nom !
Non, venir à 8 pour faire un spectacle de danse/feu ou un spectacle avec des combats et des artifices ou un spectacle dans un château, le tout pour la modique somme de 375€, n’est pas un tarif digne de ce nom !

« Oui mais je suis un amateur et je ne veux pas faire de la concurrence à un pro moi ! Tu comprends rien ! Et puis je n’ai pas le niveau d’un pro et puis c’est pas le même secteur ! »

Tarifs pro ou amateur ?

Alors dans l’idée, c’est tout à ton honneur, sauf que 1) les organisateurs s’en fichent bien de ton niveau puisque tu leur as dit que tu faisais un spectacle de feu de folie et que les participants ils étaient tous cascadeurs depuis leur plus jeune âge et aussi ils ont fait 12 ans de théâtre et puis ça claque grave!! Tu utilises des termes professionnels pour te mettre en avant non?
2) Bien sûr que si, on joue sur les mêmes secteurs, les arts vivants c’est pas juste sur une scène dans un théâtre ! Et si je t’en parle c’est bien parce que je me retrouve confrontée régulièrement à la situation ! Je n’ai pas inventé ce coup de gueule pour le plaisir ou en tirant un mot au hasard dans la dico parce que je n’avais rien d’autre à faire pour occuper ma soirée (ah tiens association ! qu’est-ce que je pourrais bien dire pour les faire chier gratuitement) Ici c’est pire que de se retrouver en concurrence avec vous (ce qui en passant, pour la concurrence est une chose normale selon moi, on ne peut être les seuls au monde à proposer un truc et c’est bien pour ça que dans certains cas il existent les brevets), là c’est faire de la concurrence déloyale ! Tu proposes sur le papier la même chose que nous professionnels, en employant les mêmes termes que les professionnels mais bizarrement beaucoup moins cher.
3) Quand tu produits ta création un nombre certain de fois dans l’année, que tu emplois les termes spectacle et non animation, compagnie et non association, ce n’est plus de l’amateurisme ou du loisir c’est du semi-pro. Et le semi-pro ça mérite et ça se doit de demander des tarifs décents !

Qu’est-ce qu’un tarif décent de spectacle ?

Donc, maintenant on arrête de chouiner dans mes pattes et on prête attention à ce qui suit !
Qu’est-ce que des tarifs décents ?! Un figurant sur un tournage il touche en moyenne 90€ brut pour une journée de 8h. Un artiste de rue va toucher, selon les budgets, au minimum 90€ net pour sa journée et sinon en moyenne entre 110€ et 150€ net (compter donc le double en brut pour le coût total employeur, en d’autre terme ce que l’organisation doit payer pour) et ce en fonction de ce qu’il fera ou présentera.
Donc quand un organisateur veut acheter une prestation, il sortira en moyenne 312€ par artiste présent et par jour, plus les frais de déplacement, plus la bouffe.
« Oh mon dieu mais c’est énorme ! » (Là n’est pas le débat! C’est comme ça dans le métier. Je ne vais pas discuter avec le restaurateur du prix de mes tagliatelles bolognaise parce que quand même j’estime que faire des pâtes c’est pas dur et ça coûte pas cher) Le débat c’est que, en venant proposer vos spectacles pour des clopinettes –mais en ayant quand même demandé des sous- Non seulement vous empiétez sur les budgets des pro mais en plus vous tirer vers le bas la profession ! Et non, comme j’ai déjà pu l’entendre, le budget prévu ne va pas disparaître si vous proposez moins cher, il sera quand même dépensé ailleurs mais pas pour prendre un pro parce que du coup il n’y aura plus assez d’agent et puis on aura déjà l’animation comme ça.

Le grand débat du tarif !

Il y a des gens qui ont fait le choix non pas de vivre leur passion mais de vivre DE leur passion ! Qui ont choisis une vie précaire et pas évidente (mais vachement chouette parce que sinon ce sera du masochisme un peu !) et dont c’est le métier de faire tout cela ! Et toi, bien confortablement dans ton fauteuil tous les soirs de la semaine après ta petite journée de métro-boulot, juste avant le dodo, tu rêves de la même chose mais sans en accepter les conséquences. Alors tu t’entraines dur avec tes amis le weekend, tu montes un magnifique site web avec les fiches produits détaillées de tes spectacles, tu démarches des salons, des festivals et autres grands événements (parce que c’est foutrement classe si vous pouviez vous produire là) et tu te dis Compagnie de spectacle (oui mais je précise à un moment que c’est qu’une assos en vrai) et puis au final ça te coûte quand même des sous, alors quand tu trouveras quelqu’un d’intéressé par ton « spectacle » tu vas lui demander 100€ pour le principe (parce qu’avons le ça fait chier d’avoir mis autant d’énergie et d’investissement gratos quand même). Bah ouai, mais ces « 100€ pour le principe » ils posent souci justement ! Parce que 100€ pour un spectacle c’est rien et que derrière les professionnels ne pourront pas se vendre autant au rabais.

Les organisateurs sont-ils coupable de ces tarifs bas ?

« Ouai mais c’est pas nous le souci c’est les organisateurs qui ne veulent pas vous payer ou qui n’ont pas de sous ! » – Bien sûr, en même temps si tu ne proposais pas un Spectacle pour seulement 100€, ils seraient bien obligés de mettre le budget en conséquence pour se payer le truc ? ou ils n’en auraient pas. J’entends parler mondialisation à tue-tête et délocalisation, écoutant les gens couiner de voir leurs emplois partir dans des pays en développement qui demandent 50 centimes de l’heure. Et ça c’est quoi selon vous ? Les organisateurs qui vont prendre des assos pour pas cher. Mais là ça fait moins couiner soudainement parce que ce n’est pas votre gagne-pain, c’est un loisir.

Alors comme ça on se brade ?

« Oui mais on ne démarche pas les mêmes trucs, les gros trucs ont les laissent aux pros ! » –
Combien de fois j’ai vu des contrats être annulé « parce qu’en fait on a trouvé des gens qui font comme vous mais qui nous coûtent dix fois moins et puis ils sont plus aussi alors c’est mieux ». Combien de fois j’ai eu des devis pour des compagnies acceptés et au moment de signer le contrat final on nous explique que ce n’est plus possible parce que toi tu es arrivé la bouche en cœur et tu as balancé un spectacle tout pareil (encore une fois sur le papier) contre 6 carambars et un copeck. Vous pouvez me garantir que la prestation que vous faite n’a pas été proposé par un pro aussi ?
Il n’y a pas que l’Olympia ou Avignon pour nous, il y a surtout toutes les fêtes de village, les petits festivals, les petits évènements et j’en passe. Et là moi, bah je perds un contrat pour des passionnés du dimanche qui voulaient réclamer trois fois rien pour indemniser un peu leur prestation. Parce que l’assos serait venue bénévolement plutôt que de faire un maigre business, la compagnie pro aurait aussi été prise. Parce que l’assos aurait demandé un vrai tarif, elle aurait été évaluée sur le même pied que la compagnie et cela aurait juste été une mise en concurrence de compétence. Et vu les budgets spectacles qui rétrécissent aux fils des années, la faute à la crise économique, et bien plus des assos qui voudront se faire plaisir contre un peu de sous pour fonctionner vont plomber ce qui restait aux compagnies.
Alors non, je ne dis pas que les assos vont tuer le marché du spectacle. Mais les assos de spectacle (d’où ça existe ce terme ?) qui n’ont d’autres but que de promouvoir leur spectacle, ces assos là participent largement à couler de petites compagnies qui vivent de ces petites fêtes ou festivals.

Et la rentabilité dans tout ca ?

Et oui, à partir du moment où une association se met à me parler de rentabiliser du matériel, de compensation financière ou participer à des événements à but lucratif, oui là je commence à tiquer sérieusement parce que messieurs dames, vous oubliez que vous êtes associatif et non à but commercial.
Au passage, mettons que vous fassiez seulement dix prestations par an pour pas cher, et bien ce sont donc dix prestations que vous piquerez aux professionnels qui ne pourront pas aller aussi bas en terme de tarifs. Donc ce sont dix cachets en moins pour des pro, soit un cinquième de ce qu’ils doivent produire pour obtenir le statut d’intermittent.
Tout ça parce que vous aurez estimé qu’il faut que l’on vous paye quand même un peu votre passion du dimanche, mais pas trop quand même parce que bon, faut pas déconner on en vit pas nous.

Vous aimez la culture ? respectez-la !

Vous aimez la culture, l’art et sa diffusion au plus grand nombre? Respectez là.
Vous souhaitez partager votre passion avec le grand public? Partagez là mais ne la commercialisez pas.
Vous souhaitez tirer un bénéfice financier de votre passion ou en vivre ? Vendez le selon les prix du marché et non dix fois au dessous.

Sur ce à bon entendeur,
Saltimbanquement votre.

Alyzée Ullern, Technicienne effets speciaux à Disneyland® Paris

Cautionnée par moi-même 😉

Avoir de la répartie grâce à la technique du miroir

Avoir de la répartie grâce à la technique du miroir

Avoir de la répartie grâce à la technique du miroir

En tant que commercial, une des techniques de répartie que j’utilise le plus souvent est celle du miroir. Je l’emploie notamment face à une contre-argumentation agressive et directe, celle-ci me permet de limiter mon obligation de justification sur les tarifs …

Avoir de la repartie : une cheminement constructif

On distingue naturellement la repartie du « tac au tac », pour faire rire, pour clouer le bec d’un interlocuteur agaçant ou pour s’affirmer dans une conversation, à la répartie constructive, synonyme d’une véritable résonance avec son interlocuteur. C’est une écoute mutuelle réelle qui enrichit les deux interlocuteurs.

C’est la répartie constructive, davantage orientée vers l’échange, qui apportera sa pierre à l’édifice qu’est une discussion. Il n’est ainsi jamais productif de s’opposer, car le contre-pied bloque toute avancée dans un échange quel qu’il soit. Usez même de votre imagination dans vos réponses, vous aurez ainsi plus de chances de produire des réparties inattendues, drôles et percutantes.

En vous exerçant régulièrement grâce aux diverses circonstances de la vie courante, vous découvrirez que l’on peut être vif sans être précipité, à l’écoute sans s’oublier, présent sans être passif, réactif sans s’agresser…

Avoir de la repartie : devenir conscient de ce qui se passe en soi

La plupart des personnes qui se plaignent de ne pas avoir suffisamment de répartie sont souvent débordées par l’émotion (malaise, vexation, déstabilisation, stupéfaction) de l’instant et perdent leurs moyens de réplique. Devenir conscient de ce qui se passe en soi est l’un des piliers fondamentaux de notre capacité future à avoir de la répartie.

Petit exercice à faire: Tous les jours vous croisez brièvement les mêmes personnes : le commerçant, l’hôtesse de l’entreprise, etc. A la place de l’habituel « bonjour/bonjour », évitez ces formules machinales et les réponses toutes faites en vous laissant traverser par ce que vous ressentez pour répondre. Restez concentré sur votre interlocuteur et accordez lui une vraie attention avant de parler, en tenant compte de ce que l’autre émet : fatigue, tension, détachement…

Ces premières petites attentions ont pour conséquences de stimuler à nouveau en vous la capacité à capter les états des autres et d’y répondre d’une façon plus adaptée.

Apprendre à écouter l’autre pour avoir de la répartie

Celles et ceux qui disposent d’une capacité de repartie remarquable sont en mesure de capter en un temps record l’intention et le sens de ce qui leur est dit. Comment ? En laissant l’autre s’exprimer jusqu’au bout et en restant eux-mêmes « dans l’instant présent ».

En clair, de comprendre non seulement l’explicite (ce que l’on entend) et l’implicite (le sous-jacent). Une répartie ratée répond en général à l’explicite, mais laisse l’implicite de côté. Il faut donc s’entraîner à une écoute totale. C’est parce que l’on a appris à accorder cette qualité d’écoute que l’on peut repartir vite et bien.

Petit exercice à faire : En improvisation, de nombreux petits exercices sont proposés afin d’être plus à l’écoute, et ainsi de mieux rebondir sur les paroles de son interlocuteur. Dans la vie courante, attendez de vous trouver dans une situation où l’on attend quelque chose de votre part (une aide, une information). Tâchez de ralentir au maximum votre mental et accordez au minimum une minute à votre interlocuteur. Mettez-vous totalement à l’écoute et efforcez-vous de capter l’humeur de votre interlocuteur. Répondez en fonction de cette humeur captée. Notez ensuite l’effort que vous avez fourni. Avez-vous remarqué une légère modification chez votre interlocuteur ?

Pour développer une bonne répartie, je me positionne non pas contre l’autre, mais avec. Je rebondis sur ce que j’entends comme une continuité et non comme une opposition.

Tour de magie avec de la crème glacée

Tour de magie avec de la crème glacée – Magic Act turkey with Ice Cream !

A very good magic act and funny in turkey with this ice cream vendor

Tour de magie avec de la crème glacée - Magic Act with Ice creamSi vous prévoyez de visiter Istanbul l’été prochain, vous devez goûter aux saveurs délicieuses de sa crème glacée traditionnelle pour briser la chaleur du soleil d’été.

La vraie crème glacée traditionnelle turque n’est pas comme les autres glaces.

La crème glacée est crémeuse et a une saveur de fleur. Le plus célèbre et le plus riche en saveurs est le maraş dondurması. Fabriqué avec du salep, les racines broyées d’une orchidée sauvage originaire de Turquie. Et les vendeurs de crème glacée turcs ne sont pas comme les autres vendeurs que vous trouvez dans votre quartier. Les marchands de crème glacée turcs sont célèbres pour leurs astuces, jouant et jouant avec les clients. Ils aiment simplement rire et répandre la joie.

Vidéo d’un vendeur de crème glacée turque effectuant un tour de magie

Une vidéo d’un vendeur de crème glacée turque effectuant un tour de magie a refait surface pour ravir Internet. Même Seth Rogen trouve la farce turque classique «génialement comique». Par la suite celui-ci a montré ses talents de tour de main après dans une vidéo partagée sur Tik Tok puis sur Twitter.
“Je connais des gens qui auraient giflé cet homme”, a écrit un utilisateur de Twitter lors du partage de la vidéo, qui a atteint 15,5 millions de vues jeudi après-midi.

Tour de magie avec de la crème glacée - Magic Act with Ice creamDans la vidéo, le vendeur de crème glacée fait continuellement des farces à son client en lui faisant croire que la crème glacée est prête à manger avant de l’enlever. Tout est juste en amour, en guerre et en crème glacée.
La farce à la crème glacée est une tradition en Turquie, où les vendeurs de crème glacée obligent leurs clients à chercher un cône avant de le retirer et de continuer l’astuce.
La crème glacée collante est faite surtout d’orchidées pour lui donner une texture «gommeuse». Autrement dit elle peut être jetée sans se renverser, selon la BBC, de même le lait de chèvre est utilisé en plus pour la douceur.

While the ice cream man who repeatedly tricked his customer is gaining attention for his comedy skills, the man purchasing dessert is also gaining some notability, too. His “reaction shot” was “loud out loud funny,” one user wrote.

[pt_view id=”d4fb35b7b3″]

Intermittents du spectacle, un métier ? un statut ?

Intermittents du spectacle, pourquoi ?

theatre-vide-intermittents-spectacleQui sont-ils ?
Etre “intermittent du spectacle” n’est ni un métier ni un statut. C’est un régime d’indemnisation-chômage spécifique, créé en 1936.
Un tiers des salariés du secteur ne sont pas intermittents mais travaillent dans le cadre du régime général, en CDI ou en CDD.
Les intermittents du spectacle sont des travailleurs, artistiques, techniques et administratifs.
Leur travail est discontinu.
Comme celui des gens travaillant sous cdd, les intérimaires, les stagiaires, les chômeurs.
En réalité, la plupart des intermittents travaillent constamment, seul leurs temps de salariat sont discontinus :
1) soit, pour la très grande majorité d’entre eux, parce qu’une importante partie de leur travail est souterraine : une danseuse s’entraîne quotidiennement, sans être payée, un comédien travaille son texte chez lui, sans être payé, un metteur en scène réfléchit, travaille, cherche, depuis des années, en permanence, à une création qui verra le jour ultérieurement
2) soit, parce qu’ils travaillent dans certaines des entreprises audiovisuelles ou ‘événementielles’ qui auraient les moyens de les payer normalement pour la vraie durée du travail, mais qui ‘abusent’ des  modalités spécifiques d’indemnisation des intermittents
3) soit, parce qu’ils travaillent pour des associations peu argentées qui n’ont pas les moyens de payer chaque jour travaillé et qui utilisent elles aussi ces modalités spécifiques d’indemnisation des intermittents. C’est le cas de la plupart des compagnies artistiques ainsi que d’un certain nombre de théâtres reconnus et soutenus par les pouvoirs publics, en toute connaissance de cause, pour la qualité de leur travail, leur indépendance et leur faible coût. Ces structures ne peuvent devenir des institutions publiques sans perdre leur raison d’être c’est à dire leur particularité et leur indépendance qui font leur valeur.
Les intermittents du spectacle, sauf quelques stars, ont des revenus (salaire+indemnités) modérés, ou faibles.
La moitié d’entre eux (comme la moitié des chômeurs) ne bénéficient pas d’indemnisation et ce chiffre va croissant.

A quoi servent les ‘intermittents’ du spectacle ?
A trois choses :
1) les ‘intermittents’ servent à faire vivre plusieurs pans de l’économie nationale qui sinon s’écrouleraient (tous les théâtres et les cinémas, des orchestres, les parcs d’attractions, voire la télévision) ou qui seraient mis en difficulté (tout le secteur touristique et commercial qui bénéficie grassement des activités culturelles et, notamment, festivalières). Sur cette question économique, les chiffres avancés par les détracteurs des intermittents, pour faire valoir que les intermittents sont couteux, parasitaires et privilégiés, sont des chiffres insultants pour l’intelligence des citoyens et intentionnellement présentés de manière à tromper l’opinion publique.
2) les ‘intermittents’ servent comme d’autres artistes non intermittents (plasticiens par exemple) à essayer de rendre accessible une denrée (l’art) qui n’est pas un luxe de nantis, ni d’intellectuels, mais qui est consciemment ou non  absolument essentiel à la vie de toutes les femmes et de tous les hommes, comme c’est le cas depuis la nuit de Lascaux.
3) les ‘intermittents’ servent à être un laboratoire très utile pour élaborer le mode de gestion du travail et du chômage que l’évolution de la société rendra bientôt obligatoirement accessible à tous les travailleurs, dans tous les secteurs économiques.

en 2003 : https://www.ouest-france.fr/intermittents-du-spectacle-retour-sur-la-fronde-de-2003-en-images-1928350