Otto Wessely au théâtre Jemmapes

Qui est Otto Wessely ?

Otto Wessely est un magicien illusionniste à la double nationalité autrichienne et française, né le 13 mai 1945 en Autriche. Il connaît une carrière internationale avec son numéro magico-comique Le prince de l’élégance, ainsi qu’avec d’autres numéros magiques divers.

Otto-Wessely-magicien-Fred-Ericksen

Ma rencontre avec Otto Wessely !

Mon beau-père Michel était journaliste et m’a demandé si je voulais l’accompagner pour rencontrer un magicien. A l’époque, j’étais artificier de métier et magicien en “semi-pro”. Disons que mon travail de magicien n’occupait que 30% de mon activité à l’époque. J’ai donc, ce jour là, joué le rôle du photographe 😉

Ce fut une belle rencontre. Lorsque Michel annonça à Otto que j’étais également magicien et artificier, j’ai vu ses yeux briller. Ce n’est que plus tard que je compris qu’il venait d’avoir un idée.

Otto m’invita à voir son spectacle quelques jours plus tard et nous primes un verre à l’issue de celui-ci. C’est la qu’il me demanda si je voulais présenté un numéro de 5 minutes dans son spectacle du 31 Décembre. Il ne me fallu pas longtemps pour accepter l’invitation.

Sur scène avec Otto un 31 Décembre !

Ce jour est gravé dans ma mémoire. Répétitions, filage, la journée passa très rapidement. Gentiment, Otto me mettait la pression: “Fred faut leur en mettre plein la vue ce soir” ! Ce soir-là les doses d’artifices avaient quelque peu augmentées 😂😂😂

Ça “pétait” de partout, une pluie d’étincelles descendait sur scène avec moi en dessous, Otto était ravi.

Je ne sais pas pour le public mais avec Otto, nous nous sommes bien amusés ce soir-là !

Les remerciements d’Otto Wessely !

Quelle ne fut pas ma surprise, lorsqu’Otto publia ses “mémoires” de lire dans son livre le clin d’œil à cette soirée !

Otto Wessely au Théatre Jemmapes 1996Lisez gratuitement au format PDF la version française du livre d’ Otto Wessely
“Je suis une star comme tout le monde”.

Note de l’éditeur

D’aucuns ne manqueront pas de s’étonner de voir la FFAP publier la bi bliographie du plus «non politiquement correct des magiciens de notre siècle»; cela serait oublier un peu vite qu’Otto est de longue date membre de notre association et qu’il fut et est toujours un artiste reconnu, qui a eu le grand et très rare mérite d’apporter à notre art un nouvel élan, une façon différente de penser la magie. Sa démesure est de celles qui ne peuvent laisser indifférente et je souhaite à notre «Reine des Arts» de connaître encore et souvent, des artistes bousculant ainsi l’ordre établi et brillant des mille feux de leur talent, pour que même si avec eux, «Magie» rime avec «Folie», elle ne le fasse jamais avec «Ennui»

Les numéros de magie d’Otto Wessely !

Je suis fan de toutes ses présentations. Cependant, son approche avec “Le repas de la mort” est mon préféré !

Méliès, le Magicien

Biographie de George Méliès ?

Georges Méliès, né Marie Georges Jean Méliès le 8 décembre 1861 à Paris et mort le 21 janvier 1938 dans la même ville, est un réalisateur de films français et illusionniste. Ayant choisi la prestidigitation comme profession, il profite d’une donation de son père, industriel de la chaussure, pour devenir propriétaire et directeur en 1888 du théâtre Robert-Houdin, en sommeil depuis la mort du célèbre illusionniste.

Le 28 décembre 1895, il découvre avec émerveillement les images photographiques animées lors de la première représentation publique à Paris du Cinématographe par les frères Lumière et propose même de racheter le brevet de la machine1. Un refus poli mais narquois le pousse à se tourner vers un ami londonien, le premier réalisateur britannique, Robert W. Paul, qui lui fournit un mécanisme intermittent avec lequel il tourne son premier film en 1896, une partie de cartes, réplique du même sujet réalisé par Louis Lumière.

melies le magicien

Qui est George Méliès ?

Georges Méliès est né à Paris le 8 décembre 1861 dans une famille bourgeoise. Il est le petit dernier et donc très choyé par sa mère. Son père est un riche industriel dans la chaussure. Ils ont une vie très parisienne : réceptions, sorties, domestiques,… Il passe ses journées enfermé dans sa chambre à caricaturer ses professeurs, écrire des poèmes, bidouiller des inventions, dessiner des paysages et raconter des histoires.

Méliès devient pensionnaire au Lycée Impérial de vanves puis au Lycée Louis le Grand. Cela va lui forger le goût du dessin et renforcer son côté rebelle.

Son bac en poche, il veut intégrer les beaux-arts. Son père refuse, le jeune Georges devient alors, grâce aux relations de son père, élève de Gustave Moreau. Il refuse d’entrer dans l’usine familiale de chaussures. Ses parents l’expédient en Angleterre pour l’éloigner d’une liaison amoureuse et pour qu’il apprenne l’anglais. Il y découvre la magie: un univers inconnu et fascinant.

Méliès,_Partie_de_cartes_(Star_Film_1,_1896)

Le travail de George Méliès

En 1895, la veille de la première séance de cinéma publique, il est invité à une répétition privée de la projection du Cinématographe des frères Lumière. Georges Méliès comprend tout de suite ce qu’il peut faire avec une telle machine et il propose d’acheter les brevets des frères Lumière ; mais ils refusent en prétendant que leur invention n’a aucun avenir. Méliès achète finalement un autre procédé, celui des Frères Isola. Il fonde sa propre société de production, la Star Film, et construit le premier studio de cinéma.

En 1896, Méliès projette dans son théâtre des films inspirés par ceux des frères Lumière, puis il réalise des petits films de fictions plutôt que des scènes de la vie quotidienne. De 1896 à 1913, Georges Méliès réalise près de 600 films, parfois d’une durée de une à quelques minutes, qui sont projetés dans des foires et sont considérés comme une simple évolution de la lanterne magique. Il réalise en 1899 son premier film important par sa durée (10 minutes), « L’Affaire Dreyfus ». Georges Méliès est notamment l’auteur des premiers films de science-fiction, de films historiques, d’aventures et d’épouvante de l’histoire du cinéma. Il est aussi considéré comme l’inventeur des « effets spéciaux ».

Chefs d’oeuvres

En 1902, son « Voyage dans la Lune » (un chef-d’œuvre mêlant illusions photographiques et innovations techniques) d’une longueur exceptionnelle – pour l’époque – de 16 minutes, remporte un grand succès jusqu’aux États-Unis. Selon l’historien américain Charles Musser, « Le cinéaste majeur des toutes premières années du nouveau siècle est sans conteste le parisien Georges Méliès, dont les films ont tous été piratés par les plus grandes sociétés de production américaines ». L’œuvre de Méliès est copiée mais il n’en tire aucun bénéfice financier, et les techniques de tournage progressent petit à petit sans qu’il puisse s’y adapter. La brillante carrière de Georges Méliès s’achève en 1913, il tombe alors dans l’oubli.

Dans les années 1920, il épouse une de ses anciennes actrices, Jeanne d’Alcy, et tient avec elle une boutique de jouets et de sucreries dans la gare Montparnasse, à Paris. Grâce Léon Druhot, rédacteur en chef du magazine Ciné-Journal, les surréalistes découvrent son œuvre dans les années 1930. Georges Méliès termine sa vie dans une maison de retraite avec son épouse ; il meurt en 1938 d’un cancer à Paris. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, dans la 64e division.

Ses films principaux

  • 1896 : Escamotage d’une dame au théâtre Robert Houdin
  • 1899 : Cléopâtre / Cendrillon / L’Affaire Dreyfus
  • 1900 : L’Homme-orchestre
  • 1901 : Barbe-Bleue
  • 1902 : Le Voyage dans la Lune
  • 1902 : Le Voyage de Gulliver à Lilliput et chez les géants
  • 1903 : Le Monstre
  • 1904 : Le Voyage à travers l’impossible
  • 1907 : Vingt-mille lieues sous les mers
  • 1908 : La Fée libellule
  • 1909 : Le Mousquetaire de la reine
  • 1912 : À la Conquête du Pôle
  • 1913 : Le Voyage de la famille Bourrichon (son dernier film)