Origines de la magie

Le mot prestidigitation (de presto digiti qui signifie agilitĂ© des doigts) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par Jules de RovĂšre, qui ne voulait pas indiquer sur son affiche le mot d’escamoteur. Il est utilisĂ© pour dĂ©signer l’art du spectacle rĂ©alisant des tours consistant Ă  crĂ©er des illusions.

atelier de magie par Fred ERICKSENAvant d’ĂȘtre appelĂ©e prestidigitation, cette discipline Ă©tait appelĂ©e tantĂŽt « physique amusante », tantĂŽt escamotage.
Le mot « prestidigitateur » , qui a existĂ© en français jusqu’Ă  la fin du siĂšcle des LumiĂšres, a Ă©tĂ© supplantĂ© par le pompeux barbarisme de « prestidigitateur » qui – outre l’alourdissement syntaxique – a fait perdre Ă  la discipline sa rĂ©fĂ©rence au « prestige » antique pour ne laisser qu’une rĂ©fĂ©rence appauvrie Ă  l’agilitĂ© des doigts. Praestigiator, au XII° s., chez Jean de Salisbury, dĂ©signait un prestidigitateur, un faiseur de tours, et il ajoute que l’on soupçonnait le diable d’ĂȘtre l’auxiliaire de ces baladins : de lĂ , plus tard, le glissement de prestidigitateur Ă  magicien]. Mais, en 1583, le concile provincial de Tours l’utilise comme synonyme de magus (magicien).

Aujourd’hui le mot prestidigitation ne peut dĂ©finir Ă  lui seul l’art de la magie puisque cet art ne consiste pas seulement en la vitesse des doigts. La rĂ©ussite dans cet art se fait grĂące Ă  un ensemble de critĂšres tels que la manipulation, les accessoires, le timing : respect des temps forts et des temps faibles, le boniment ou la musique, les fioritures, l’attitude (la personnalitĂ© et l’originalitĂ©), le regard, le don de comĂ©dien …

Les pratiques magiques remonteraient Ă  la prĂ©histoire. Bien que les spĂ©cialistes ne soient pas tous d’accord sur leur signification, les gravures rupestres de sorciers et d’animaux mythiques semblent bien en attester. L’Ancien Testament dĂ©crit le « combat » que livrĂšrent MoĂŻse et Aaron contre les magiciens de Pharaon. « MoĂźse jeta devant Pharaon son bĂąton qui se transforma en serpent. Pharaon Ă  son tour, convoqua les sages et les enchanteurs. Et les magiciens d’Égypte, eux- aussi, accomplirent par leurs sortilĂšges le mĂȘme prodige. Ils jetĂšrent chacun son bĂąton qui se changea en serpent, mais le bĂąton d’Aaron engloutit ceux des magiciens ».

Les premiers objets magiques retrouvĂ©s intacts sont des vases grecs truquĂ©s datant du VIe siĂšcle av. J.-C. . L’un deux, conservĂ© et exposĂ© au musĂ©e du Louvre, comporte un siphon permettant de le vider et de le remplir Ă  plusieurs reprises. Un autre vase conservĂ© au musĂ©e Allard Piierson D’Amsterdam datĂ© du IVe siĂšcle av. J.-C. permettait de verser Ă  volontĂ© deux liquides diffĂ©rents. Les Ă©crits grecs et romains relatent leur intĂ©rĂȘt pour les « faiseurs de prestiges ».

De la plus haute AntiquitĂ© Ă  nos jours l’art de manipuler les objets, comme l’utilisation des marionnettes, et de prĂ©tendre que cette manipulation est le fruit d’un phĂ©nomĂšne surnaturel, existe. On en trouve un tĂ©moignage remarquable, en ce qui concerne le deuxiĂšme siĂšcle de notre Ăšre, chez Lucien de Samosate, qui, dans son Alexandron Ăš pseudomantis[7], dĂ©crit et explique les pratiques et les tours de passe-passe d’Alexandre d’Abonotique. Manipulation et prestidigitation[modifier] Un mentaliste dans un numĂ©ro de lecture des pensĂ©es, 1900

Avant d’ĂȘtre un divertissement, la prestidigitation a servi Ă  matĂ©rialiser le divin et s’est assimilĂ©e Ă  la magie noire, tandis qu’elle s’est peu Ă  peu affirmĂ©e magie blanche pour s’éloigner des bĂ»chers. Sa pratique a longtemps profitĂ© aux sorciers mais les a aussi souvent conduits Ă  ĂȘtre poursuivis par l’Inquisition. C’est d’ailleurs dans le but de dĂ©mystifier les procĂ©dĂ©s employĂ©s par les escamoteurs et autres faiseurs de tours en vue de leur Ă©viter le bĂ»cher, que Reginald Scot (1538-1599) publia en 1584 A Discoverie of Witchcraft.

La reprĂ©sentation de la premiĂšre carte du jeu de tarot de Marseille est le bateleur, qui est la reprĂ©sentation du magicien, ancĂȘtre de l’escamoteur devenu le prestidigitateur.

Elle est pratiquĂ©e le plus souvent par des artistes dans le cadre du monde du spectacle. Le magicien s’est entraĂźnĂ© pour crĂ©er les illusions qui leurrent nos sens : il fait apparaĂźtre et disparaĂźtre diverses choses, il dĂ©fie la gravitĂ©, transforme la matiĂšre, lit dans les pensĂ©es, voit dans l’avenir. Avec ses astuces et son habiletĂ©, son adresse et son boniment, une mise en scĂšne thĂ©Ăątrale, un Ă©clairage subtil ou un fond musical, le magicien crĂ©e un contexte grĂące auquel son trucage – au demeurant parfois fort simple mais astucieux – devient stupĂ©fiant au point de crĂ©er l’illusion qu’un mystĂšre vient de se produire sous nos yeux.

Taggé , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Magicien close up | Magicien Lyon | Spectacle de noel

Spectacles de magie Paris Lyon Geneve Monaco avec la Team Ericksen. Magicien Ipad | Magicien Close Up | Spectacle de noel Fred Ericksen est spĂ©cialisĂ© dans la production d’animations de prestige depuis 1987 sur toute l'Europe. Spectacles de gala sur Lyon, animations magie Ipad en RhĂŽne-Alpes, spectacles de cabaret dans l'Ain, ... NumĂ©ro de Gala: Mentalisme – TrophĂ©e d’Argent 2014 en Mentalisme lors du Festival des Stars de la Magie et des Etoiles du Cirque.

Les commentaires sont fermés.

  • Magicien sur Lyon